Les premiers aliments de bébé

La diversification alimentaire peut commencer à 5 mois, mais mieux vaut attendre 6 mois  que les intestins de bébé soient mieux formés et ainsi éviter au maximum les intolérances et les allergies alimentaires.

 

Introduction des aliments pas famille :

 

Les céréales : on va commencer par proposer à bébé des bouillies à base de céréales sans gluten (riz, sarrasin, quinoa, millet) faite avec de « la crème de céréales », c’est à dire de la farine pré-cuite très digeste qu’on mélange à de l’eau.

 

Les protéines animales : on va attendre les 8 mois de bébé pour lui proposer de la viande mixé ou en morceaux selon les dents déjà sorties.

Le poisson est souvent peu recommandé avant 1 ans à cause des allergies, toutefois c’est une protéine de choix qui contient de bonnes graisses pour la formation du cerveau. On va privilégier les poissons gras : saumon, maquereau, sardine, cabillaud… on peut en proposer 2 fois dans la semaine. N’hésitez pas, cependant, à donner, dès 8 mois, du foie de morue qui est très riche en oméga 3 (indispensable au développement du cerveau) et en vitamine D (nécessaire pour la croissance osseuse).

Pour les oeufs, on commencera par proposer le jaune qui a moins de goût et progressivement on introduira le blanc. On choisira si possible des oeufs extra frais qu’on pourra proposer au bébé mollet voire coque (cuisson 5 min et 3 min).

 

Les protéines végétales : dès 6 mois on peut lui proposer de la purée d’amande blanche (riche en calcium, magnésium et vitamines B) à mélanger à de la compote par exemple. Il existe aussi des

préparations en poudre très complètes à base d’amande blanche, de céréales et légumineuses germées, qu’on peut aussi donner à 6 mois. On les trouve en magasin bio (La Mandorle, Debardo…) En revanche, pour les légumineuses non germées  (lentilles, pois chiche, pois cassé, soja…) on attendra les 12 mois de l’enfant.

 

 

Les légumes et les fruits de saison seront bien entendu cuit au début, à proposer mixés ou en morceaux selon la dentition du bébé. On évitera les agrumes et les fraises pour les risques d’allergies. Pour varier proposez lui un peu de jus de légumes lactofermenté que vous pourrez diluer à votre convenance (hormis la tomate).

 

Les huiles végétales : elles sont importantes pour leur richesse en oméga 3 et 6. A ne pas oublier, donc. On rajoutera dans les plats de bébé de l’huile de colza associée à l’huile d’olive ou cameline ou onagre ou de l’huile de poisson désodorisée.

 

Votre bébé saura vous faire comprendre, s’il mange avec vous à table, qu’il a envie de goûter d’autres choses que du lait ; le forcer n’est pas la meilleure des solutions.

 

Isabelle Schillig, naturopathe à Uriage