Posted on

Sucres et hypoglycémie

Comment faire la différence entre les sucres et leurs qualités nutritionnelles ?

Le sucre dans les aliments extrait du site http://regimeketo.com
Le sucre dans les aliments extrait du site http://regimeketo.com

Les sucres à éviter :

  • le sucre blanc : son raffinage lui enlève les vitamines et minéraux, sa consommation ne présente que des désavantages (caries, envie de sucre, augmentation de la glycémie, prise de poids…)
  • sucre roux ou de canne : attention c’est souvent un sucre raffiné qui est recoloré

Les sucres à privilégier :

  • sucre intégral ou complet : sucre non raffiné issu du pressage et de l’évaporation de l’eau de la canne à sucre (Rapadura ou Muscovado). Riche en minéraux et non cariogène.

    Sucres et naturopathie
    Sucres et naturopathie sucre de canne, muscovado, érable et miel
  • sirop d’érable : extrait de « l’eau » d’érable.
  • sirop à base de céréales : orge malté (contient des enzymes qui pré-digèrent les amidons), riz et blé
  • sirop d’agave : extrait de la sève d’un cactus
  • miel

Les produits sans sucres :
Le sucre est parfois remplacé par des édulcorants, au goût sucré, mais qui n’apportent pas de calorie. Toutefois leur ingestion enclenche le mécanisme de digestion du sucre ; l’organisme attend ce sucre qui ne vient pas. Dès qu’on reconsomme du sucre la glycémie devient très élevée ! Mieux vaut éviter ce genre de produit qui ne représente aucun avantage pour la santé.

Le cercle infernale du sucre : les « montagnes russes glycémiques ».
Qui n’a jamais ressenti de la fatigue en fin d’après midi, ou eu une irrésistible envie de produits sucrés ? Un apport trop grand de sucres rapides fait monter la glycemie (le taux de sucre du sang), puis elle chute sous la moyenne quelques heures plus tard. Normalement la situation se stabilise une heure après, mais en pratique, avant cela, on ressent un intense besoin de recommencer le cycle… C’est le coup de barre de 11 heures, la fatigue d’après repas, la fringale de 17 heures, le petit creux du soir…

Quelles solutions contre cette véritable « dépendance » au sucre ?

  • Privilégier les céréales 1/2 complete et Biologique surtout au petit déjeuner pour assurer un apport qualitatif d’énergie à l’organisme, qui se développe toute la matinée. Par céréales je pense au pain 1/2 complet bio, au riz, au pain des fleurs (sans gluten)… et non pas aux céréales en flocons soufflés et sucrés type Kellog’s ou miel pops…
  • Eviter les produits très sucrés (soda, biscuit, confiture, pâtisserie…). Privilégiez bananes, abricots secs, chocolat noir (de bonne qualité, c’est à dire riche en cacao, 70% ou plus), boissons végétales (lait de soja, amande, noisette…).
  • Eviter de sucrer vos boissons chaudes, remplacez les par des infusions Ayurvédiques à la cannelle qui apporte un petit goût doux (type yogi the).
  • Les biscuits peuvent être remplacés par des fruits associés à des oléagineux (amande, noisette, noix…)
  • L’idéal serait de peu sucrer votre alimentation et en cas de besoin, privilégier le sucre intégral tel que le Rapadura.
  • Rajouter de la cannelle our cardamum en poudre pour couper les envies de sucre

Isabelle Schillig, naturopathe à Uriage Grenoble, anime des cours de cuisine Biologique (Grenoble).
De nombreuses idées recettes et conseils Santé sont disponibles sur mon site et ma page Facebook, n’hésitez pas à vous abonner.

https://naturopathe-uriage.fr

https://www.facebook.com/NaturopatheUriageETGrenoble

Posted on 2 Comments

La naturopathie pour qui ?

On me demande souvent à qui s’adresse la naturopathie, ou encore s’il y a un profil typique qu’il faudrait avoir pour consulter…

J’ai toujours du mal à répondre à cette question car elle est très vaste, et si je répond simplement que ça s’adresse à tout le monde, ce n’est quand même pas très éclairant.

Pourtant c’est vrai, j’en suis convaincue, la naturopathie s’adresse à tout le monde.

Déjà, elle s’applique à tous les ages de la vie: un bébé qui a de l’eczéma, un enfant fatigable, un adolescent, un jeune sportif, une femme enceinte, un quadragénaire citadin,  un femme en pré-ménopause, un  retraité, ou même un senior…  Bien sûr, ce n’est pas exhaustif.

Pourquoi se tourner vers la naturopathie ? Il y a là encore de multiples raisons, difficiles à hiérarchiser.

D’abord, il y a le rôle de conseiller en alimentation, pour équilibrer de manière intelligente et naturelle son assiette, l’adapter aux besoins et aux capacités de son corps. Ce que l’on mange, c’est une question importante qui nous touche tous.

Ensuite, par exemple, il y a les problèmes chroniques d’allergie, de migraine,  de peau, de digestion. Autant de problèmes pour lesquels les traitements classiques sont loin d’etre toujours satisfaisant, et sont parfois contraignant. Pourtant, souvent derrière ces problèmes se cache un organe en faiblesse, ou surmené. Des cures de revitalisation et de drainage naturopathiques peuvent être complètement adaptées.

Heureux ceux qui n’ont jamais eu de problème de sommeil, ou de manque d’entrain, ou d’endurance. Mais là encore la naturopathie a son mot à dire, quand elle conseille des aliments et des plantes qui stimulent et réactivent la production de neurotransmetteurs.
Puis il y a les dépendances, la première d’entre elle étant peut être celle au sucre (mais aussi bien sûr les autres dépendances, tabac, alcool, ou même jeu…). Toutes sont difficiles, mais la naturopathie permet de donner là encore un cap “au naturel”.
Personnellement, j’ai beaucoup de plaisir à accompagner les femmes enceintes dans cette période unique de leur vie et dans la préparation de celle à venir. Les choix naturels y sont importants, et la naturopathie peut soutenir l’équilibre de la maman et du bébé.

Il y a encore tellement d’autres raisons : ostéoporose, arthrose, ORL, terrains inflammatoires, fécondité…
Donc oui vraiment, la naturopathie s’adresse à tous. Non, il n’y a pas de profil typique pour consulter. Bien entendu, la naturopathie n’a pas la réponse assurée et immédiate (et sans effort) à tout, mais elle peut vraiment avoir son mot à dire, parfois de manière cruciale, dans bien des cas, exceptionnels, ou de la vie courante.

Posted on 1 Comment

Conseils de base d’une alimentation saine

articles-de-santé-isabelle-schillig-naturopathe-grenoble-uriage

1. Alléger quantitativement la quantité et privilégier la qualité  (il est préférable de s’acheter occasionnellement un morceau de poisson de qualité, plutot que d’en consommer tous les jours de moins bonne qualité!)

base alimentation saine Isabelle Schillig
Base alimentation saine Isabelle Schillig


2. Remplacer les produits raffinés par des produits semi-complets ou complets (si possible Biologique surtout pour les céréales et légumineuses) exemple : preferer les pates blanches par des pates ½ complètes

3. « Dessaler, Desucrer, Dégraisser »

  • Supprimer tous les sucres blancs et industriels : utiliser le sirop d’orge ou d’érable ou le véritable sucre intégral tels le Rapadura ou le Muscovado
  • Remplacer les graisses saturées (animales) par des huiles vierges de 1° pression à froid et biologique comme l’huile d’olive pour la cuisson et pour l’assaisonnement l’huile de noix, de colza, de chanvre, de sésame…
  • Préferer la sauce de soja ou le gomasio (sésame grillé + sel) pour remplacer le sel

4. Diminuer sa ration de viande au profit du poisson ou sous produit animal (les œufs) et éviter charcuterie, plat en sauce, gibier et les excès de fromages…

5. Remplacer les épices (poivre, piment) par des aromates ex basilic, persil, origan, curcuma (épice indienne de couleur jaune), sarriette…

6. Commencer les repas par une salade ou crudité ou 1 verre de jus de légumes crus (carotte, betterave, composition de légumes lactoferementés) pour améliorer la digestion et faire le plein de vitamines.

7. Associer légumineuses 1/4 et céréales 3/4 afin d’obtenir tous les acides aminés pour assurer une bonne assimilation exemple : riz semi-complet + lentilles ou pois chiches + semoule de blé

8. Consommer les fruits crus loin des repas : 11h –  17h, on peut les associer à quelques oléagineux (amande, noisette, graine de tournesol, graine de courge..).  Si les fruits sont cuits, ils feront de délicieux desserts !

9. Diminuer ou supprimer peu à peu les excitants : café cacao, cola, thé noir…

  • Pour remplacer le café : la chicorée et autres succédanés de café (avec un nuage de lait de riz ou lait de soja calcium)      ou du maté du brésil ou infuison au guarana (exemple « Jouissance » des Jardins de Gaia)
  • Pour le thé noir : thé vert, thé rouge, thé blanc, infusions, ou thé noir faible en théine (Pu Ehr, thé Mu)
  • Pour le cola et autre soda : mélanger un peu de jus de fruits (évitez les agrumes en hiver) avec de l’eau gazeuse
  • Pour remplacer le chocolat, essayer le caroube riche en minéraux et de temps en temps un très bon chocolat noir pour satisfaire le plaisir et l’envie.

10. Boire une eau de qualité pure et légère robinet ou bouteille selon votre lieu d’habitation (bouteille : Mont Roucous, Montcalm, Rosée de la reine, Montagne de Carrefour) à alterner et du très bon vin biologique de temps en temps si on aime cela.

11. Cuisson douce de type vapeur, à l’étouffer, au four…. éviter les cuissons à haute température

12. Sans oublier la mastication (repas pris dans le calme) et la joie et le plaisir de la table
 
Conseils d’Isabelle Schillig, naturopathe, iridiologue, relaxation Thailandaise  près de Grenoble, Chamrousse et Vizille

Posted on 1 Comment

Sucres et dépendances

Comment faire la différence entre les sucres et leurs qualités nutritionnelles ?

Sucres et naturopathie
Sucres et naturopathie

Les sucres à éviter :

  • le sucre blanc : son raffinage lui enlève les vitamines et minéraux, sa consommation ne présente que des désavantages (caries, envie de sucre, augmentation de la glycémie, prise de poids…)
  • sucre roux ou de canne : attention c’est souvent un sucre raffiné qui est recoloré

Les sucres à privilégier :

  • sucre intégral ou complet : sucre non raffiné issu du pressage et de l’évaporation de l’eau de la canne à sucre (Rapadura ou Muscovado). Riche en minéraux et non cariogène.
  • sirop d’érable : extrait de « l’eau » d’érable.
  • sirop à base de céréales : orge malté (contient des enzymes qui pré-digèrent les amidons), riz et blé
  • sirop d’agave : extrait de la sève d’un cactus
  • miel

Les produits sans sucres :
Le sucre est parfois remplacé par des édulcorants, au goût sucré, mais qui n’apportent pas de calorie. Toutefois leur ingestion enclenche le mécanisme de digestion du sucre ; l’organisme attend ce sucre qui ne vient pas. Dès qu’on reconsomme du sucre la glycémie devient très élevée ! Mieux vaut éviter ce genre de produit qui ne représente aucun avantage pour la santé.

Le cercle infernale du sucre : les « montagnes russes glycémiques ».
Qui n’a jamais ressenti de la fatigue en fin d’après midi, ou eu une irrésistible envie de produits sucrés ? Un apport trop grand de sucres rapides fait monter la glycemie (le taux de sucre du sang), puis elle chute sous la moyenne quelques heures plus tard. Normalement la situation se stabilise une heure après, mais en pratique, avant cela, on ressent un intense besoin de recommencer le cycle… C’est le coup de barre de 11 heures, la fatigue d’après repas, la fringale de 17 heures, le petit creux du soir…

Quelles solutions contre cette véritable « dépendance » au sucre ?

  • Privilégier les céréales surtout au petit déjeuner pour assurer un apport qualitatif d’énergie à l’organisme, qui se développe toute la matinée.
  • Eviter les produits très sucrés (soda, biscuits, confiture, pâtisserie…). Privilégiez bananes, abricots secs, chocolat noir (de bonne qualité, c’est à dire riche en cacao, 70% ou plus), boissons végétales (lait de soja, amande, noisette…).
  • Eviter de sucrer vos boissons chaudes, remplacez les par des infusions Ayurvédiques à la cannelle qui apporte un petit goût doux.
  • Les biscuits peuvent être remplacés par des fruits associés à des oléagineux (amande, noisette, noix…)
  • L’idéal serait de peu sucrer votre alimentation et en cas de besoin, privilégier le sucre intégral tel que le Rapadura.
  • Isabelle Schillig, naturopathe à Uriage
Posted on Leave a comment

Brioche aux oranges confites

brioche_raisins Isabelle Schillig
  • 250g de farine de riz ou un mélange (riz-millet ou  riz-quinoa)
  • 14g de poudre levante
  • 6 cs d’huile d’olive
  • 15 cs de boisson végétale (soja, riz, amande, noisette)
  • 2 oeufs
  • 100 g d’oranges confites (en dés)
  • 1 cs de cognac
  • 1 goutte d’huile essentielle d’orange douce

Mélanger le sucre, les oeufs, l’huile d’olive et l’huile essenteille d’orange pour obtenir une préparation onctueuse.

Ajouter la farine avec la poudre levante, la boisson végétale et le cognac. Mélanger bien le tout et rajouter les dés d’oranges confites avant de disposer la pâte dans des petits ramequins individuels.

Mettre au four pendant 30 à 40 minute, thermostat 5.

Ces brioches se dégustent au petit déjeuner ou en guise de gouter accompagné d’un bon thé.

On peut remplacer les oranges confites par des fruits secs, on pensera alors à enlever l’huile essentielle et la remplacer par un peu de cannelle.

NB la photo représente des brioches aux raisins  à la farine de riz et millet (150g+100g)
Isabelle Schillig, naturopathe près de Grenoble